Des Trolls, un Kurlito et une Rhino!

Ce week end, c’était donc mon premier Trolls & Légendes, et certainement pas le dernier! Avant de vous exposer mon périple, je me dois de vous partager l’état dans lequel je me trouve actuellement:

01

Voilà c’était cadeau.

Vendredi soir:

On commence fort avec un concert survolté, des groupes de folie et de l’énergie à revendre. La Horde fut pour moi une très bonne découverte avec leurs reprises des standards de nos jeunes années version médiévale (Priceless). Le groupe allemand Feuer Schwanz (Queues de Feu. Si si ma couille.) fut lui aussi une bonne surprise avec des efforts notables de mise en scène. Pour finir, de grands habitués de Trolls & Légendes, le Naheulband. Côté public, il semblerait que la venue du Naheulband émancipe la plupart des personnes de toute notion de civisme et de respect d’autrui (mention spéciale aux coups de coudes pour se frayer un chemin dans la foule, j’ai pas compris). Aussi, l’ermite en moi n’a pas apprécié cette promiscuité avec d’autres êtres humains. Ça ne m’a pas empêché d’en profiter, et de passer une super soirée!

   WP_20150403_010 WP_20150403_019 WP_20150403_039

Après avoir perdu 16l de sueur et dépensé plus de calories que ne me le permettaient mes repas du jour, Marine et moi sommes rentrées au QG.

02

Samedi matin:

Il est 8h, je dois me préparer et aller chercher Mathilde et Magali à la gare. Il est 8h05, je peine à manger mes céréales parce qu’un pivert a élu domicile dans mon crâne. Il est 8h15, je me dirige vers la salle de bain tel un zombie. Il est 8h20. Il est temps de l’admettre, j’ai la gueule de bois. Je suis un boulet. Ya plus d’jeunesse, ma bonne dame!

Triple-facepalm

Trolls & Légendes:

Nous voilà tous déambulant dans les allées du festival. Un peu trempée et assez fatiguée, il me faudra attendre midi et le graillon pour vraiment commencer à profiter des stands. Je n’ai pas réussi à mettre le nez dehors avant le début d’après midi, parce que la pluie et le froid. Mais la partie extérieure du festival valait le détour! Un vrai campement médiéval avec des stands d’artisans à vous gober le porte monnaie, et les indispensables stands de bouffe pour lesquels ont avait pas besoin de jetons (j’en reparlerai plus tard).

Je n’ai pas pu m’empêcher de faire la remarque suivante: je voyais ça plus grand. Habituée malgré tout à des conventions beaucoup plus grandes en terme de superficie, on m’avait vendu du rêve sur ce festival. Mais je ne perds pas espoir, ils avaient déjà étendu leur superficie cette année, je leur souhaite de continuer!

Pour ce qui est des stands, il y avait vraiment de tout. Travail du cuir, bijoux, make-up, vêtements médiévaux, décoration, et bien sûr des tonnes et des tonnes de livres. Une grande partie du festival était consacré aux jeux (plateau, jeux de rôle, cartes à collectionner et tout et tout). On a notamment pu tester Sushi Dice, un bon petit jeu d’apéro à mettre dans toutes les mains!

 DSCN9045

On a aussi voulu tester Z First Impact, mais trop d’attente, on s’est contenté de taper la discute avec le créateur du jeu. Afin d’élargir ma collection de jeux sur le thème des zombies, j’ai commandé les deux chapitres pour Noël. C’est dit.

Trolls & Légendes, c’est bien sûr des personnes dont les costumes dépassent l’entendement. De quoi réduire vos efforts à néant… Plus l’infini.

04

Enfin, Trolls & Légendes a été pour moi l’occasion de découvertes culinaires particulières comme le Kurlito (rebaptisé Carlito par Guillaume, la suite au prochain épisode) et l’hydromel aromatisé au cassis, et FRGHAKUFI c’est bon. Le Kurlito est une espèce de bande de pâte (entre la pâte sablé et la pâte à pain) enroulée autour d’un tube et cuite au grill, avec n’importe quoi dessus (Spéculoos, amandes, sucre glace, chocolat, noix de coco, t’as compris, le Kurlito, tu le pimpes à l’infini!).

Sur le coup, la météo peu clémente ne m’a pas vraiment refroidie (humour ma gueule). Par contre, depuis, j’ai dégusté. Le pire étant que le lendemain, à une centaine de kilomètres de là, le soleil nous narguait.

Les +

– C’est beau. Très beau.
– Le programme envoyait du pâté, et il n’a pas déçu.
– Une organisation efficace et… Bah organisée. Le nombre de bénévoles à gérer est impressionnant, et pour un festival issu d’une initiative strictement bénévole, ça force le respect. Et j’aime lorsqu’un plan se déroule sans accro.

Les –

– Je ne suis pas fan du système de jetons pour les boissons et le graillon. Je sais que c’est une question de comptabilité et d’hygiène, mais rien à faire, j’arrive pas à adhérer.
– Le festival souffre de l’effet « Japan Expo ». Tout le monde a acheté son ticket à l’avance, mais les gens mettent plusieurs heures à entrer, alors que c’est censé accélérer l’accès à la convention.
– La sociopathe en moi ne pensait pas dire ça un jour, mais c’est une convention qui gagnerait à grandir encore afin d’accueillir son public plus confortablement (et peut-être oublier l’extension extérieure en Avril)


DSCN9055
 DSCN9039 DSCN9031 DSCN9036

En bref,

Un fort bon week-end chez nos amis d’outre-Quiévrain. À refaire indéniablement dans deux ans!

Moi et mes 39°C on vous souhaite bonne nuit!

Ceci n’est pas un Troll

Trolls & Légendes, le festival de toutes les Fantasy.

Cette année, Trolls & Légendes fête ses dix ans d’existence et s’installe au Lotto Mons Expo (du trois au cinq avril), La Fantasy étant un univers que j’apprécie tout particulièrement, c’est sans doute habillée de mon costume de barbare que je me faufilerai dans les allées du festival. Non parce que si le Troll est à l’honneur cette année à Trolls & Légendes, du haut de mes 1m60, je doute d’avoir la carrure et la prestance nécessaire pour incarner un tel monstre.

    Armée de mon carnet de croquis et de mon appareil photo, je vous livrerai un strip-reportage après coup. Mais avant, il s’agit de se préparer. Littérature, Bande dessinée, Cinéma, Peinture, Sculpture, Jeux, Musique ou Artisanat sont autant de domaines dans lesquels les faiseurs de Fantasy officient avec brio.

    afficheA3Le festival concentrera donc une nouvelle fois tous les aspects de la Fantasy et nous livre un programme bien chargé. Pour l’occasion, Trolls & Légendes a également pris un peu de poids. 15 000 m² de Fantasy, rien que pour vous. Si ça n’annonce pas un bon week-end, ça!

5 bonnes raisons de préférer Trolls & Légendes à tout ce que vous aviez prévu de faire du 3 au 5 avril:

– Les concerts. Parce que ce n’est pas moins de 11 groupes qui se produiront sur scène tous les soirs pour une ambiance de folie. (cliquez ici pour voir le programme)

– Le marché féerique. Les artisans aussi seront de la partie pour vous proposer des créations uniques et originales. Vous y trouverez sans nul doute le bon accessoire pour sublimer votre tenue médiévale, les oreilles d’elfe ou le carquois magique pour parfaire votre camouflage.

– Robin Hobb, Trudi Canavan et tous les autres auteurs présents en dédicace. Trolls & Légendes s’est offert des invités prestigieux, il serait déraisonnable de ne pas venir à leur rencontre.

– Jean-Louis Mourier, David Petersen et bien d’autres. Oui, je vais sans doute faire fumer mon porte monnaie sur les stands de BD. Sachez-le.

– Les costumes. Trolls & Légendes est l’occasion de sortir vos plus beaux costumes, et d’admirer ceux des autres. And god, they’re gorgeous!

(BONUS: – Le Naheulband. Soyons clairs, rater le Naheulband serait une hérésie. )

(BONUS n°2: – Yaura de la bière.)

    Si je ne vous ai pas convaincu, un petit tour sur le site devrait finir le travail. Je vous souhaite un bon salon, et en attendant le strip-reportage, ENJOY YOUR TIME!

Come with me… to Geekopolis!

 

« Le festival dont vous êtes le héros » s’installait Porte de Versailles cette année pour vous en mettre plein les mirettes!
Cinq univers, cinq quartiers à arpenter muni(e) de votre appareil photo (et de chaussures confortables).

2014 voyait la deuxième édition de la convention, et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous avons parcouru les quelques 200km qui nous séparaient de la capitale.

Après avoir tourné 27 ans et avoir frôlé la collision avec divers engins de chantier, nous nous sommes enfin retrouvées devant l’entrée de GEEKOPOLIS!

Piètre reporter et pure égoïste, j’ai tendance à être un poil hypnotisée par ce qu’il se passe autour, et à laisser mon appareil bien sagement au fin fond de mon sac.
Ouais quand on est là pour faire un article c’est moyen, c’est donc à peu près toutes les photos que j’ai.

Le salon:

Je disais donc, cinq quartiers: Métropolis, Teklab, Little Tokyo, Avalon et Nautilus. Cinq univers bien différents et pour tous les goûts. La convention rassemble tout ce à quoi on peut penser quand on parle de culture « geek ». Tout y est.

Le manga et les produits dérivés de nos animés préférés, les succursales d’épiceries japonaises, des tournevis soniques à gogo, des combats au sabre laser, les griffes de Wolverine, de l’anneau unique à la miniature du trône de fer, en passant par les dernière nouveautés en matière de jeu vidéo.

Little Tokyo

Etant donné que les Otakus ont leur rendez-vous annuel depuis une quinzaine d’année, j’avoue ne pas m’être attardée sur cette partie de la convention. J’ai tout de même eu le temps de zieuter les gadgets Ghibli (on se r’fait pas), inutiles DONC indispensables, et des stands d’indépendants forts sympathiques.

Métropolis

Fans de Dr Who, Star Wars et autres, bienvenue chez vous. Au détour d’une allée vous apercevrez des persos impressionnants en Papercraft, un Dalek télécommandé vous attaquera les mollets sans ménagement, et tous les stands auront de quoi faire frémir votre porte-monnaie.

Teklab

Pour être tout à fait honnête, c’est la partie de la convention qui m’attirait le moins, et c’est sans surprise celle dans laquelle j’ai passé le moins de temps. Non parce que les nouvelles technologies c’est cool tout ça, mais les imprimantes 3D et les robots qui dansent, c’est pas non plus une exclue mondiale :3

Les essais du casque à réalité augmentée, ça, ça en jetait. Mais plus d’une heure d’attente pour 10 minutes de jeu, c’était bien trop pour moi.

Avalon

Là, on arrive dans du très lourd. Le quartier dédié à la Fantasy prenait des airs de fête médiévale grâce aux différentes animations: combats à l’épée, danse médiévale, etc. Sur les stands, des bijoux, des costumes, des armes, des jeux de plateau (avec des gens qui le vendent pas très bien), de l’artisanat, bref, c’était beau.

 

Nautilus

Sans doute la partie de la convention la plus intéressante, et de loin la plus impressionnante. A tous les niveaux. Des cosplayeurs au summum de la classe, des boutiques d’accessoires steampunk à vous faire péter le PEL, des décors absolument magnifiques… Vraiment, il y avait du boulot.

BILAN:

C’est là que je m’improvise critique (et perds toute crédibilité :D)
Dans l’ensemble, Geekopolis m’a beaucoup plu! La diversité des activités et des stands proposés, la bonne humeur présente dans tout le salon (et c’est beaucoup dire de la part d’une personne qui la plupart du temps ne supporte pas la compagnie d’autres être humains plus de 20 minutes). Tout est mis en oeuvre pour vous faire passer une excellente journée.

La convention est assez petite et c’est TRÈS BIEN. Non parce que rester bloqué dans un embouteillage pédestre pour trois katanas en plastique ça va 5 minutes… (Oui JapEx, c’est de toi que je parle) Geekopolis est une convention à échelle humaine, et ça c’est cool!

Les cinq quartiers sont bien démarqués, et dégagent une atmosphère bien différente. Bon parfois on se demande ce que fous un stand Dr Who en plein Little Tokyo, mais il faut bien remplir les emplacements.

C’est seulement la deuxième édition de Geekopolis, ce qui vaut parfois quelques couacs dans l’organisation qu’on leur pardonnera bien volontiers. Le programme des conférences vendait du rêve, mais en pratique les salles étaient inadaptées. La conférence sur les origines de Dr Who (oui je suis monomaniaque) aurait nécessité une salle 3 à 4 fois plus grande, au vue de la foule qui s’était amassée devant la porte.

Seul bémol, j’ai trouvé que les prix pratiqués sur les stands étaient un poil exorbitants: 35€ un tournevis sonique. Les gars. Sérieusement?

Pour le programme des projections, suivez les liens ci dessous:

La célèbre vidéo de La Blanquette

Du psychopathe comme on l’aime avec Sang Froid (J’ai adoré)

Des campagnards timbrés dans Behind the Bush (Consanguinité, tout ça)

Et… Extreme Pinocchio (Euh…)